La législation qui régit les terrasses en bois composite

Le bois composite se rapproche de l’apparence du bois massif, ce qui lui confère une bonne esthétique. Il est de plus en plus utilisé pour la construction de terrasses. Si le bois naturel n’est plus aujourd’hui très encouru, cela peut aisément s’expliquer par le fait que les avantages que propose le bois composite sont plus nombreux.

De plus, en ayant recours au bois composite, l’on réduit fortement l’engouement des constructeurs pour les bois exotiques. Mais avant de s’appliquer à la réalisation d’une terrasse, il faut connaitre toutes les réglementations qui s’y rattachent.

Les démarches administratives

Auparavant, suivant la hauteur de la terrasse bois, l’on pouvait passer outre les nombreuses déclarations de travaux en rapport avec les constructions au sol, mais depuis la réforme du 1er octobre 2007 du Permis de construire, les démarches à suivre ont été modifiées. En effet, la hauteur de terrasse n’est plus notamment prise en compte.

En cas de propriété

La réglementation est très claire, une déclaration préalable des travaux doit être effectuée avant la réalisation du projet si la terrasse ne dépasse pas les 20 m2 de surface utile. Et dans le cas où la terrasse dépasse les 20 m2, un permis de construire devra être déposé en mairie, et sans que la hauteur finie de la terrasse soit prise en compte.

Certaines personnes estiment que ces formalités sont relativement rapides et simples, mais ce n’est pas le cas. Certes, les feuilles de déclarations sont élémentaires, mais il est aussi impératif de fournir diverses pièces justificatives comme les coupes de terrains, les plans de la terrasse à l’échelle du projet, les plans techniques et autres détails de réalisation.

Il faut toutefois être vigilant, car les formalités peuvent différer suivant les communes, ils peuvent par exemple se porter sur des respects de distances par rapport aux limites de la propriété. Ainsi, avant de se lancer dans le projet, il vaut mieux connaître chaque règlement de commune et de consulter les services de la mairie pour être avisé des distances à respecter, notamment de la charte de couleur et de la limite de propriété.

En cas de copropriété

En cas de copropriété, il est également conseillé de demander une autorisation auprès du syndicat avant de lancer les travaux.

Quelques précisions

Pour ceux qui ne connaissent pas trop les démarches à suivre pour l’élaboration d’une terrasse en bois composite, le mieux est de faire appel aux lumières d’un architecte paysagiste.

Il saura apporter plus de précision sur les nouvelles normes françaises à suivre concernant les terrasses en bois de composite en plus de concevoir les plans de la terrasse de manière professionnelle.

Une réflexion au sujet de « La législation qui régit les terrasses en bois composite »

Les commentaires sont fermés.